Situation des OGM dans le Pacifique

Les OGM en Nouvelle-Calédonie

Ci-dessous un aperçu des principales étapes de l'évolution de la réglementation des OGM en Nouvelle-Calédonie - Accèdez également à l'intégralité de la revue de presse et média de l'association : ICI la revue presse et média


OGM en Polynésie ? Aucune réglementation...

Article publié le 28 mars 2016 dans Tahiti infos

PAPEETE, le 28 mars 2016 - Ils sont mis en cause, décriés, portés aux nues,… Les OGM (pour organisme génétiquement modifié) ne laissent pas indifférents. La règlementation concernant les végétaux et les animaux, les semences et produits transformés varie d’un pays à l’autre. En Polynésie, il n’existe aucun texte spécifique. Plus que l’importation sur le marché d’OGM ou de produits contenant des OGM c’est le non-respect du droit à l’information pour le consommateur qui fait réagir.

Interview de la Présidente de la Chambre de l'agriculture et de la pêche lagonnaire de la Polynésie Française au Salon de l'agriculture... mars 2016


Dans une question écrite au gouvernement datée du 27 mai 2015, le groupe UPLD s’interrogeait : "Quelles mesures comptez-vous prendre pour contrôler régulièrement les teneurs en pesticides des denrées agricoles, quelles soient importées ou produites localement ? Qu’en-est-il des denrées alimentaires contenant des OGM ? Le 15 juin, le président de la Polynésie française répondait à la première partie de la question, éludant la partie consacrée aux OGM."  Le 7 mars 2016, nouvelles questions écrites au gouvernement du groupe UPLD. La question des organismes génétiquement modifié refait surface : "Quelles sont parmi les produits agro-alimentaires importés, ceux qui contiennent des OGM ? Quelles garanties offrez-vous aux consommateurs polynésiens quant à l’innocuité de ces produits transgéniques ? De quelle latitude dispose le pays pour interdire l’importation d’aliments contenant des OGM ? D’où provient le riz que nous mangeons, notamment le riz classé en PPN, est-il transgénique ? " Le Pays a un mois pour répondre à la question. Interrogés, le Service du développement (SDR), le Département protection végétaux (DPV) ainsi que la Direction générale des affaires économiques (DGAE) confirment qu’il n’y a "aucune réglementation particulière concernant les OGM sur le territoire". Rudolphe Putoa, chef du Département protection végétaux, délivre des permis d’importation pour les végétaux, les semences et les aliments pour les animaux. "Il n’y a pas de législation", dit-il. "En pratique, si nous voyons passer un produit dont on sait qu’il est OGM, nous prenons la décision au sein de l’équipe de le refuser. Nous appliquons le principe de précaution." Officiellement, les produits qui passent par la DPV et qui sont connus pour contenir des OGM ne franchissent pas la douane.

Impossible de savoir

En Polynésie, 4/5e des produits agro-alimentaires consommés proviennent de l’extérieur. La délibération n°98-189 du 19 novembre 1998 réglemente l’information du consommateur en matière de denrées alimentaires au moyen de l’étiquetage. Mais rien ne concerne les OGM. Si en France l’étiquetage est règlementé, ce n’est pas le cas de tous les pays (voir encadré). Comment savoir donc si les produits importés de pays comme les États-Unis ou le Chili qui n’ont pas de réglementation contiennent ou non des OGM ? Impossible.
"La réglementation doit évoluer, nous y pensons", affirme Herenui Chant, du Bureau droit à la consommation à la Direction générale des affaires économiques (DGAE). "Mais le dossier est complexe. D’abord, si on change la réglementation, nous devrons avoir des systèmes de contrôle à la hauteur. Qui sur le territoire pour vérifier si un produit est génétiquement modifié ou non ? Par ailleurs, comment imposer un étiquetage sans pénaliser les producteurs locaux ou entraver le libre commerce ?"
Pour l’heure, sur le territoire, aucune certitude aujourd’hui. Les produits labélisés "bio" eux-mêmes n’apportent pas de garantie. En agriculture biologique, un seuil de contamination accidentel est toléré jusqu’à 0,9%. Les eurodéputés ont voté pour l’abandon de la décertification de produits de l’agriculture biologique contaminés par des organismes génétiquement modifiés (ou des pesticides, soit-dit en passant).

 

A lire sur le site de TAHITI INFOS


MARCHE CONTRE MONSANTO à Nouméa

3ème round mondial contre le géant des biotechnologies - le SAMEDI 24 MAI

Le départ a eu lieu 9h00 du marché de Port Moselle pour finir place des Cocotiers... en passant par le Gouvernement et le Congrès. Cette marche a été l'occasion de lancer la pétition de STOP OGM Pacifique pour dire "Non au blé OGM australien" et d'informer sur les avancées de la réglementation sur les OGM en Nouvelle-Calédonie. Nous étions près de 150 personnes - merci pour votre participation. Ci-dessous des photos, des vidéo... pour rappeler que les Iles du Pacifique restent vigilantes...

 

Lire la suite

STOP OGM Pacifique interpelle les candidats aux élections municipales

Article de STOP OGM Pacifique paru dans NC Presse le 21 mars 2014

 

La Nouvelle-Calédonie s'est engagée dans un processus de réglementation des OGM. Le Gouvernement a en effet voté deux textes réglementaires en février de cette année, proposés par la DAVAR et la DAE, à l'initiative du Ministre de l'Economie et du développement durable :

1°/ Dans un arrêté du Gouvernement relatif aux conditions d'importation des produits à risques sanitaires, le SIVAP a introduit une interdiction d'importation des semences génétiquement modifiées pour les variétés céréalières et fruitières, ainsi que des animaux transgéniques. Si cette disposition ne concerne pas les semences maraîchères, elle permettra d'ici six mois d'éviter l'introduction sur le territoire des 2 principales sources de contamination génétique que sont le maïs et les papayes transgéniques.
 
2°/ Un projet de délibération pour l'étiquetage des denrées alimentaires rédigé par la DAE, actuellement en cours d'examen avant vote au Congrès, inclus quant à lui l'étiquetage des aliments contenant des OGM (à partir d'un seuil de 0,9% de chaque ingrédient). L’innovation de cet étiquetage est qu'il prévoit mention des produits issus d'animaux nourris aux OGM, à savoir la viande, les œufs, et les produits laitiers. STOP OGM Pacifique y voit une excellente opportunité de promouvoir des produits de l'élevage local puisque qu'aujourd'hui la provende calédonienne est exempte d'OGM.
 
Ces deux dispositions représentent une véritable avancée pour la Nouvelle-Calédonie, tant pour l'information du consommateur que pour la préservation de la biodiversité et de l'agriculture traditionnelle et naturelle. Mais, il y a un mais : imparfaite, cette réglementation ne va pas assez loin et certaines des propositions faites lors dans le cadre du Comité Consultatif de l'Environnement n'ont malheureusement pas été retenues. Pas d'interdiction d'importation de provende animale contenant des OGM, pas d'information du consommateur dans la restauration collective, pas d'interdiction d'OGM pouvant poser des problèmes sanitaires comme denrées alimentaires.
 
Le délai d'application proposé pour l'étiquetage des OGM dans les denrées alimentaires révèle quant à lui un manque de considération de l'urgence à informer le consommateur : s'il est adopté tel quel par le Congrès, les calédoniens continueront à manger des OGM sans le savoir jusqu'en janvier 2017 ! Quand on sait que la commercialisation du blé transgénique australien est prévue pour 2015, et que 99% du blé importé en Nouvelle-Calédonie, pour la fabrication du pain et des pâtes, il y a de quoi être préoccupé.
 
STOP OGM Pacifique continue sa campagne pour « la meilleure loi au plus vite » et souhaite aujourd'hui interpeller les candidats aux élections municipales qui peuvent être acteurs de ce changement.
 
En effet, les maires, qui ont compétence à matière de restauration scolaire et collective, peuvent prendre des dispositions pour interdire les OGM dans les cantines et maisons de retraite. Un nombre croissante de communes en Europe s'engagent dans cette démarche car exclure les OGM dans la restauration collective permet de soutenir une agriculture et des filières locales sans OGM mais aussi de répondre au plus près aux préoccupations quotidiennes des citoyens... alors ? Qui saura relever ce défi ?
 
« Mesdames et Messieurs les candidats êtes-vous prêts à interdire les OGM dans la restauration collective si vous êtes élus? »

Lire la suite

Interviews Journal Télé - NCTV et NC1ère

Suite au vote de la réglementation sur les OGM par le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, le Président de l'association STOP OGM Pacifique est l'invité du JT sur NCTV et NC1ère... à revoir !

Lire la suite

Réglementation des OGM en Nouvelle-Calédonie : une première étape franchie

Ca y est, c'est officiel : la Nouvelle-Calédonie interdit l'importation des semences OGM, céréales et fruits, par un arrêté voté hier en séance du Gouvernement. Un projet de délibération incluant l'étiquetage des produits contenant des OGM a également été validé, prochaine étape son adoption du Congrès.

... pour plus de détails, un article du jour dans les Nouvelles Calédoniennes ICI

 

Télécharger
Fixer des limites aux OGM
Article LNC du 14 02 2014.pdf
Document Adobe Acrobat 1.8 MB

Egalement 2 pages dans le journal DEMAIN en Nouvelle-Calédonie : "OGM une première victoire législative ?".

 

Lire la suite

Un pas de plus vers une loi sur les OGM

Un texte approuvé à l'unanimité en réunion du CCE

Le CCE s'est réuni en séance plénière le mardi 1er octobre pour donner un avis sur le texte réglementaire rédigé dans le cadre des groupes de travail mis en place depuis maintenant 1 an...

Il y a un an, le 3 octobre 2013, le Comité Consultatif de l'Environnement (CCE) de la Nouvelle-Calédonie*, émettait un vœu en faveur de l'adoption pour le territoire d'une réglementation sur les OGM permettant d'interdire l'utilisation d'OGM en agriculture et en essais de plein champ, de mettre en place un étiquetage obligatoire des denrées alimentaires, et d'imposer aux filières d'alimentation animale l'utilisation de matières premières non-OGM...

Lire la suite

Communiqué de presse

Réglementation sur les OGM en Calédonie : où en est-on ?

L'association STOP OGM Pacifique a été moteur dans la rédaction du texte de réglementation des OGM écrite dans le cadre du Comité Consultatif de l'Environnement (CCE). Ce texte innovant a été approuvé à unanimité des membres du CCE le 1er octobre 2013.

 

Quel succès ! Unanimité signifie que, de fait, les parties prenantes du CCE, à savoir les Provinces, le Gouvernement, le Congrès, l'Etat, le Sénat coutumier, les associations (sans compter le collège des scientifiques qui a été consulté et a activement participé à la rédaction), s'accordent sur les principes énoncés dans ce texte qui est désormais entre les mains des élus du Congrès et du Gouvernement.

Lire la suite

Un pas de plus vers une loi sur les OGM

Un texte approuvé à l'unanimité en réunion du CCE

Le CCE s'est réuni en séance plénière le mardi 1er octobre pour donner un avis sur le texte réglementaire rédigé dans le cadre des groupes de travail mis en place depuis maintenant 1 an...

Il y a un an, le 3 octobre 2013, le Comité Consultatif de l'Environnement (CCE) de la Nouvelle-Calédonie*, émettait un vœu en faveur de l'adoption pour le territoire d'une réglementation sur les OGM permettant d'interdire l'utilisation d'OGM en agriculture et en essais de plein champ, de mettre en place un étiquetage obligatoire des denrées alimentaires, et d'imposer aux filières d'alimentation animale l'utilisation de matières premières non-OGM...

Lire la suite

Séance d'information

Direction du Développement Rural de la Province Sud

Film et débat à la DDR - Port-Laguerre

Les fiches d'information de STOP OGM Pacifique à télécharger

Le mardi 26 novembre 2013, STOP OGM Pacifique présentait la problématique des OGM lors d'une réunion d'information auprès du personnel de la DDR. Le film "Hawaii, champ libre pour les OGM" a été projeté, et les sujets suivants ont été discutés : importation de semences sur le territoire, présence ou non d'OGM en culture, cas de la réglementation en Nouvelle-Calédonie, état actuel des OGM dans le monde, problèmes liés à l'utilisation des OGM en agriculture, moyens de contrôle, cas de la papaye transgénique d'Hawaii, etc. STOP OGM Pacifique souhaite continuer le dialogue vec les institutions, et les techniciens en charge du développement rural, pour une meilleur compréhension des enjeux.

Lire la suite

MARCHE CONTRE MONSANTO

2ème édition de la marche à NOUMEA

MERCI à tous d'avoir participé à cette 2ème édition de la Marche Mondiale contre Monsanto ! RENDEZ-VOUS qui a eu lieu place des Cocotiers à NOUMEA le 12 octobre...

... des photos, des vidéos !

Lire la suite

Un pas de plus vers une loi sur les OGM

Un texte approuvé à l'unanimité en réunion du CCE

Le CCE s'est réuni en séance plénière le mardi 1er octobre pour donner un avis sur le texte réglementaire rédigé dans le cadre des groupes de travail mis en place depuis maintenant 1 an...

Il y a un an, le 3 octobre 2013, le Comité Consultatif de l'Environnement (CCE) de la Nouvelle-Calédonie*, émettait un vœu en faveur de l'adoption pour le territoire d'une réglementation sur les OGM permettant d'interdire l'utilisation d'OGM en agriculture et en essais de plein champ, de mettre en place un étiquetage obligatoire des denrées alimentaires, et d'imposer aux filières d'alimentation animale l'utilisation de matières premières non-OGM...

Lire la suite

Signez la pétition

pour dire STOP à la contamination

de la papaye OGM

/ sign the petition

to STOP the spread of GM papaya

Signez la pétition

pour une Calédonie sans RoundUP

 

T-shirts en COTON BIO

 Des T-shirts "Tonton Marcel" de l'association sont en vente...

auprès de l'association ou dans les magasins bio de Nouméa (Biomonde, Santé-Nature, Bioattitude) et de Pouembout...

Ils sont en COTON BIO !

Prix adhérents : 1800XFP - prix public : 2200XFP

Abonnement NEWSLETTER

Pour vous abonner à notre lettre d'information

CLIQUEZ ICI !

Contact

STOP OGM Pacifique BP 18624 - 98857 NOUMEA cedex

NOUVELLE-CALEDONIE

stopogmpacifique(at)hotmail.fr

Tél. : +687 52 2014